mercredi 30 janvier 2013

Brouhaha d'ondes tabarnakiennes dans le cinéma maison de Monsieur Matte. Tant qu'il y aura des hommes. Et des machines.

 
 
LE SACRE DU PRINTEMPS
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire